Sélectionner une page

La troupe éCOlisée présente

Rhinocéros de Ionesco

8/9 et 15/16 mai à 20h

10 et 17 mai à 15h

(durée : de 2h à 2h30)

A l’univers@lle de Châtel-St-Denis

Mise en scène : Renée & Stéphane Simonet

Buvette et restauration sur place

T-shirts souvenirs

 

Il sera possible de commander prochainement des t-shirts souvenirs qui ressembleront à ceci, avec le choix des tailles et des couleurs.

t-shirt rectot-shirt verso

Résumé de la pièce

Un dimanche matin, les habitants d’une petite ville voient passer dans les rues un rhinocéros. Frayeur, stupéfaction. Des discussions s’engagent. Les réactions des uns et des autres diffèrent, surtout celles d’un homme sûr de lui, Jean, et d’un autre, plus falot, Bérenger. Ils se quittent fâchés.

Le lendemain, le journal annonce le passage d’un pachyderme. A la rédaction d’une revue d’informations juridiques, c’est le tollé. Les journalistes sont des menteurs. On ne travaille pas, la colère gagne. L’une des employées, Daisy, était là, hier, au passage du rhinocéros. Elle témoigne. Personne ne veut l’entendre. Elle a rêvé. Bérenger, qui travaille là aussi, arrive en retard et témoigne aussi. On se moque de lui. Soudain, l’épouse d’un employé absent, bouleversée, fait irruption : elle a été suivie, dans la rue, par un rhinocéros. Elle le regarde sur le trottoir : elle découvre que ce rhinocéros est son mari. Il ne va pas être le seul. Des rhinocéros apparaissent, ici et là.

Bérenger vient rendre visite à Jean, malade, pour se réconcilier avec lui. Discussion sur le rhinocéros. Jean se montre hésitant, fatigué. Peu à peu vont apparaître chez lui la peau squameuse et la corne de l’animal. Bérenger va retrouver la jeune fille du bureau, Daisy, qui ne sait pas trop ce qu’elle pense des rhinocéros qui, à présent, défilent dans les avenues et sur les places en meuglant. Non, ils ne meuglent pas, dit Daisy, ils chantent…

Bientôt les sondages vont montrer que les rhinocéros, organisés, qui défilent dans les avenues sont la majorité. Bérenger reste seul. Il a vu ses amis le quitter, il a entendu leurs troubles, puis leurs interrogations, puis leurs retournements. Mais lui ne sera jamais un rhinocéros. Cela lui est simplement impossible, il n’en est pas capable. Jamais.

L’allégorie d’Ionesco est sans ornements. Elle avance, inexorable. Elle ne dit pas pourquoi et comment, au juste, chaque habitant de la ville passe personnellement aux rhinocéros, mais c’est d’autant plus fort : la peste brune gagne d’elle-même, elle est contagieuse, et Bérenger n’est pas particulièrement armé contre, il n’a pas une volonté spéciale, une intelligence ou une culture spéciale : il est autre, il échappe à la contagion.

Projet

« Tout est logique, comprendre, c’est justifier… »

« Je suis tout simplement quelqu’un qui essaye de voir les choses en face, froidement. Je veux être réaliste. »

Comment monter et bien monter une pièce absurde de la deuxième moitié du XXème siècle ?

Comment mettre en scène un Ionesco désabusé et sans espoir ?

Comment mettre en scène l’absurde du contexte d’après-guerre des années 50 (Shoah, bombes nucléaires, stalinisme) sans que cela ne paraisse désuet aujourd’hui?

La réponse n’a rien d’évident. Au début, nous étions partis dans l’idée de rester le plus possible dans le contexte de l’époque et surtout, nous avions pensé à une mise en scène totalement respectueuse du texte de l’auteur. Et puis, au fur et à mesure de l’avancement du travail, une question centrale a commencé à tarauder notre théâtre :

Comment faire pour que l’interprétation de la pièce fasse ressortir la crise d’aujourd’hui ? Le totalitarisme actuel ? L’absurde d’aujourd’hui. Lorsque Ionesco a écrit « Rhinocéros » (et c’est lui qui le dit dans ses écrits), il l’a fait pour dénoncer la soumission de la masse a une idéologie, c’est l’impossibilité d’intégrer les valeurs humanistes.

A la lumière de cette réflexion, notre mise en scène change de cap : la crise de la surconsommation, l’argent par son excès et par son « manque », les déchets, l’abrutissement du peuple par rapport aux valeurs du système capitaliste sont maintenant les thèmes centraux de notre travail. Philosophiquement parlant, dans la perspective d’une planète en perdition, des inégalités grandissantes, comment la race humaine va-t-elle faire pour éviter l’inéluctable ? Espoir… ou pessimisme, telle est la question à laquelle le spectateur devra trouver une réponse, ou pas.

Le théâtre doit questionner, questionner les adolescents de notre CO mais aussi tout le public de la Veveyse, vous, NOUS !

La pièce, ses lieux, son déroulement

« Je sens, comme ça, que votre tolérance excessive, votre généreuse indulgence… en réalité, croyez-moi, c’est de la faiblesse… de l’aveuglement. »

Depuis le mois de janvier, dans l’école, des Rhinocéros, sous différentes formes, vont gentiment apparaître dans tous les bâtiments.

L’Acte 1 se déroulera donc à Disneyland. Là, tout est apparence, jeu et « fake ». Là, tout le monde joue un rôle, tout le monde rit, personne ne compte, la réalité n’existe pas. Youpie ! A Disney, le Rhinocéros est une mascotte souriante et attrayante, personne n’y croit, le déguisement est règle et pourtant tout le monde fait semblant d’y croire… pour s’amuser ! Par contre, en sortant du parc, la vérité rattrape le gentil visiteur…

Dans l’Acte 2, le spectateur sera projeté dans l’univers sans pitié de l’entreprise d’aujourd’hui : travail à la chaîne, soumission à un travail peu valorisant, tyrannie du chef. Et, là, au milieu, le Rhinocéros arrivera avec fracas. Au début, on n’y croit pas. Mais soudain, il est là et il casse tout. La pièce bascule. Le rhinocéros se dévoile, il est là, il aura bientôt avalé tout le monde et c’est normal.

Dans la deuxième partie de la pièce (fin Acte 2 et Acte 3), la scène change totalement d’apparence. Jusqu’à maintenant, le groupe, les gens, le nombre s’exprimait. Soudain, on se retrouve enfermé dans un appartement voire même une chambre. Tout autour, les Rhinocéros. Tout autour, l’être humain qui se roule dans sa richesse « bling bling » est dans la fange, qui accompagne ce besoin de consommer et de posséder démesurée mais pourtant instaurée comme idéal social obligatoire pour être reconnu dans cette société, dans notre société.

L’Acte 3 se terminera dans la chambre de Bérengère, notre personnage principal. Tout le monde succombe aux sirènes du consumérisme, seule Bérengère ne veut pas, ne peut pas succomber.

Étonnamment, le basculement final se passera avec tous les comédiens dans le public. Surprise sur scène, des tonnes de déchets, la fin, Sodome ? Dans le public, les 25 comédiennes et comédiens, devenuEs spectateurs comme les autres, regardent le désastre dans les yeux et disent NON ! NON ! NON à la tyrannie de notre époque. Non à l’absurde !

« Contre tout le monde, je me défendrai ! Je suis le dernier être humain, je le resterai jusqu’au bout ! Je ne capitule pas ! » crieront toutes les comédiennes, tous les comédiens ET tout le public pour conjurer ce sort que l’on peut, que l’on doit conjurer.

Applaudissements.

Scénographie, technique

A l’entrée de la salle, une énorme gueule de Rhinocéros accueille le public. Celui-ci est obligé de rentrer dans la gueule du Rhinocéros pour pouvoir entrer sur scène.

La pièce se déroule dans 3 endroits distincts :

a) Disneyland (Acte 1)

Au milieu de la scène, découpé, le château de Disney. Des lampadaires, une machine à Popcorns, une autre à Barbapas, des ballons, des boissons, une lumière de fête et de la neige artificielle. Sur scène, nos comédiens accompagnés par un gros Rhinocéros (mascotte).

b) Une entreprise, le travail à la chaîne (Acte 2)

Nous sommes chez « AmazonIe ». Sur scène, en hauteur, une chaîne de production ou plutôt d’empaquetage. Tout le monde travaille sérieusement. L’entreprise est séparée en deux plateformes, elle-même reliée par une rampe ou un escalier qui s’écroulera à cause des Rhinocéros. Le chef, lui, se trouve assis sur un élément plus élevé.

c) L’ appartement de Jean et l’abysse (Acte 2 – Tableau 2)

Les deux plateformes sont réunies et un appartement assez sommaire apparaît. L’escalier a disparu. On peut se déplacer entre les deux plateformes. Juste à côté, elle-même sur un élément, une cabine de douche. La cabine qui « transforme » en Rhinocéros. Tout autour de ces éléments, de plus en plus de Rhinocéros amènent gentiment les cartons de déchets, eux-mêmes remplis de déchets. Nos Rhinocéros montrent leur richesse de manière exubérante. Ils sont silencieux dans leur déplacement mais s’animent frénétiquement à chaque passage de la bande son.

d) Appartement de Bérengère et l’abysse (Acte 3)

L’appartement de Jean s’est transformé en appartement de Bérengère. Peu de changement. La cabine de douche est toujours là, mais elle est détachée de l’élément central. Autour de l’appartement, à même la scène, de plus en plus de déchets et de plus en plus de mouvements. Les déchets, maintenant, tombent également devant la scène. De plus en plus de cris, de bruit, de Rhinocéros. Tout devient de plus en plus sombre.

e) Scène finale

En devant de scène, un énorme miroir trône face au public. La scène est débordante de déchets. Dans le public, les 25 comédiens habillés en Bérengère déclament le monologue final.

Travail sur les éléments de décor

Durant toute l’année scolaire, plusieurs classes et surtout une équipe de 6 enseignants s’occupent de préparer les décors et puis, durant la première semaine de mars, un groupe de 12 élèves va donner un grand coup pour mettre le tout sur pied (plancher, mobilier, château Disney, panneau AmazonIe, tête de Rhinocéros, etc.)

Bande son

Le bruit des Rhinocéros est extrêmement important dans la pièce. Une bande son spéciale et originale va être créée pour l’occasion.

Musique

Deux chansons-chorégraphie mettront en évidence le côté absurde et mièvre de la situation.

Lumière – technique

Monsieur Pierre-Alain Vannaz de l’entreprise Vannaz Entertainment Engineering, s’occupera de l’éclairage de la pièce. Le but de l’éclairage est vraiment de mettre en évidence le côté festif de Disney, le côté « Néons » d’AmazonIe et ensuite le décrescendo de la lumière vers quelque chose de sombre et sanglant. De plus, lors de la transformation en Rhinocéros, une lumière spéciale sera diffusée.

Pour faire voler les éléments sur scène (neige-déchets), des ventilateurs seront placés dans les coulisses.

Costumes

L’habillement sera atemporel. Par contre, nos comédiens seront habillés de telle sorte que l’ambiance « Disney » puis l’ambiance « entreprise » avec sa hiérarchie et enfin l’ambiance « Rhinocéros » avec sa richesse pullulante ressorte clairement. Pour le final, les 25 comédiens seront habillés de la même manière. Un achat groupé un achat groupé de 25 costumes identiques sera obligé pour ce cas précis. Pour les costumes restants, ceux-ci seront loués pour une somme modique au « Musée » à Lausanne.

Maquillages

6 anciennes d’éCOlisée accompagneront Renée Simonet dans cette tâche primordiale. La grande difficulté de la pièce se trouvera dans le fait que les personnages se transformeront durant tout le spectacle. L’équipe maquillage travaillera donc avant le spectacle et durant tout le spectacle et ceci jusqu’à la toute fin, puisque la scène finale nécessitera certainement un nouvel artifice pour assurer le feu d’artifice final !

Coiffures

Coiffures classiques mais très « gominé » pour les Rhinocéros.

Affiche-flyer

L’affiche et le flyer (cf page titre du dossier) est réalisée par Christophe Genoud, professeur d’art visuel de notre école.

Site internet

Le site internet d’éCOlisée nous tiendra informés de l’évolution du projet et fera office de billetterie. Il sera « géré » par Alexandre Burgy, professeur d’informatique de notre école (www.ecolisee.ch). Cette année, les places pourront être réservées mais il faudra venir avant le spectacle pour réserver son siège.

Teaser-vidéo

Pour aller plus loin, un teaser version « pro » va être préparé pour lancer la pièce.

Plaquette – Libretto

Une petite plaquette présentant tout le projet et mettant en évidence les sponsors sera préparée.

Buvette-restauration

Monsieur Alain Gaillard et Madame Nadia Ruffieux aidés par des classes et leur enseignant, s’occuperont de la restauration et des boissons. Pour faire référence aux Rhinocéros, le restaurant sera recouvert d’or…il nous paraît important de « décorer » un peu l’endroit, ce d’autant plus que les gens devront venir en avance pour réserver leurs places. Pour contraster avec le tragique de la pièce, la buvette sera décorée de manière festive et colorée.

Cycle d’Orientation de la Veveyse    

Les 770 élèves verront la pièce. Pour que ceux-ci ne soient pas perdus, un dossier pédagogique détaillé sera préparé par 10 enseignants du CO. Pédagogiquement parlant, le fait de lire la pièce (toutes les classes la liront), de l’étudier et ensuite de la voir jouée par ses paires est, pour nous, une magnifique façon de vivre la littérature !

Durée de la pièce

de 2h à 2h30

La Troupe

Nous travaillons à chaque fois avec le plus de jeunes possible (en moyenne 25 par troupe). Chaque 2 ans, nous changeons d’équipe pour que tout le monde ait la chance de faire partie d’un tel projet.

En 2018, ils étaient 70 à se présenter pour faire partie de la troupe. Nous avons fait un casting et le choix s’est porté sur 25 chanceuses et chanceux.

Le projet se déroule donc sur 2 années: une première année dédiée à la formation de l’acteur (pose de voix, gestuelle, expression des sentiments, contrôle du corps, etc.) et une deuxième consacrée principalement au montage de la pièce choisie (choix qui dépend souvent du nombre important de comédiens et de comédiennes à disposition et de nos recherches passionnées).

 

Voici le déroulement précis des 2 années de préparation :

  • Répétitions tous les vendredis de 16h à 18h30
  • Camp à Finhaut du 22 au 26 avril 2019
  • Spectacles « Le Songe d’une nuit d’été au théâtre du Jorat le 28 avril 2019 et « El Cid » de Corneille le 5 mai 2019 à 17h30 au TKM
  • Camp aux Sciernes d’Albeuve lors de la 2ème semaine des vacances d’automne 2019 (du 28 octobre au 1er novembre)
  • Spectacle « Le roi se meurt » de Ionesco, le 15 décembre au théâtre des Osses
  • Spectacle dans un théâtre romand en mars 2020
  • Camp lors de la semaine de Carnaval 2020 au chalet de l’Entraide au Pâquier (du 24 au 28 février)
  • Semaine thématique du 2 au 6 mars 2020 : 4ème camp à l’école (finalisation du projet, confection des décors, visite d’une salle de spectacles) + visite d’un théâtre
  • Février-mars, tournage de la bande annonce (teaser)
  • Camp à Univers@lle lors de la 1ère semaine des vacances de Pâques 2018 (du 6 au 10 avril)
  • Semaine du 1er mai, installation des décors et de la lumière et répétitions supplémentaires si besoin
  • 1er mai : Répétition générale
  • Le 4 mai 2020 : Mise en place finale, répétition jusqu’à 21h
  • Les 5, 6 et 7 mai 2020 : Représentations scolaires
  • Les 8, 9, 10 mai 2020: Représentations à Univers@lle
  • Les 15, 16 et 17 mai 2018: Représentations à Univers@lle
  • Du 4 au 9 juillet 2019 : Voyage de toute la troupe à Prague (en train)
Les rôles
Bonnet Amélie          Louise
Burgbacher Léa                Pierrette
Charriere Morgane      Julie
Clement Jennifer         Mme Boeuf
Cuennet lara Daniela         Serveuse
Cupsa Iana               Héloïse
Diserens Lucas            Monsieur Papillon
D’Onofrio Giulia             Madame Bérengère
Granger Céline Agathe
Hijano Maxine          Juliette
Menoud Lucie             Joséphine
Merieux Charlotte      Epicière
Morand Olivia                        Lucette
Niklès Zachari         Botard
Perrin Fanya            Danièle
Pugin Arno              Edouard
Rambacher Sophia          Emma
Risold Maureen      La ménagère
Schmid Aileen           Logicienne
Schneebeli Corentin       Le vieux monsieur
Simonet Jade             Jeanne
Tettamanti Alexey           Patron du café
Walther Emil                Epicier
Wavrant Juliette          Valentine
Willen Sananda      Daphné

Un projet d’école

Le projet éCOlisée est à chaque fois un projet d’école : Celui-ci touche non seulement tous les élèves du Cycle (puisque toutes les classes lisent la pièce et l’étudient) mais également le plus de professeurs et d’anciens de la troupe possibles

Sponsors officiels Association des communes et vous…
Mise en scène et direction de la troupe Renée et Stéphane Simonet
Assistant à la mise en scène Jonathan Hofer et Simon Angéloz
Affiche  Christophe Genoud
Scénographie  Christophe Genoud, Stéphane Simonet, Renée Simonet
Décors Les élèves, Yves Allemann, Eric Morel, Christophe Genoud, Luc Savoy, Mathias Clerc, Pierre Vial
Costumes Renée Simonet
Sponsoring et contact avec la commune Eric Berthoud
Intendance et Billetterie Eric Berthoud et Alexandre Burgy

Lumière et son

Bande son

Pierre-Alain Vannaz, Maxime Jan et Isaac Genoud

Monsieur Kohler

Dossier Pédagogique Lara Repond, Lolita Salin, Virginie Dufour, Cédric Gschwind, Baptiste Gremaud, Julien Bertschy, Sylvianne Girard, Céline Genoud et Philippe Peuker, Sandra Iaccheo, Mylène Pittet et Florentine Yerly
Couverture médiatique Pierre Vial et Stéphane Simonet
Cuisine aux camps Marie-Claude Haldemann, Florentine Yerly, Jessica Roch, Pierre Vial et leurs aides précieuses
Intendance durant les spectacles Les classes de 11ème année du CO !
Maquillage et coiffures Renée Simonet et 6 anciennes de la troupe
Photographie Philippe Peuker et Grégoire Dewarrat
Films et teaser Laurent Dikondo et Luca Genevey
Site internet, planification places, libretto Alexandre Burgy
Cuisine et buvette Nadia Ruffieux, Alain Gaillard et Jean-Paul Bochud
Aides à la formation des comédiens Simon Angeloz, Léana Lemaire, Sophie Camanio, Nicolas Mock et une dizaine d’anciens d’éCOlisée
Aides diverses De nombreux enseignants, LES ANCIENS

 

La nouvelle troupe accouchera donc d’un sacré rhinocéros en 2020… Elle travaille d’arrache-pied depuis avril 2019, encadrée par les incroyables « Anciens » qui transmettent leur passion. Gageons qu’éCOlisée continuera de ravir un public émerveillé par l’assiduité et le talent dont font preuve à chaque fois ces jeunes comédiens en herbe.